Language selection

Communiqué

Liens connexes (M20A0160)

Le BST réclame une meilleure coordination entre les ministères fédéraux pour améliorer la sécurité de la pêche commerciale au Canada

St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador), le 18 mai 2022 — Le Bureau de la sécurité des transports (BST) recommande au ministère des Pêches et des Océans d’exiger que tous les navires de pêche commerciale aient une immatriculation à jour et exacte auprès de Transports Canada. On a annoncé cette recommandation aujourd’hui dans le cadre de la publication du rapport d’enquête (M20A0160) sur le naufrage du bateau de pêche Sarah Anne survenu en 2020 dans la baie Placentia, à Terre-Neuve-et-Labrador, et les pertes de vie subséquentes.

« L’immatriculation des navires permet à Transports Canada d’assurer une surveillance de la sécurité et de donner des directives sur la sécurité aux propriétaires de navires de pêche, a affirmé Kathy Fox, présidente du BST. La recommandation en question vise à conduire à une meilleure coordination entre les deux principaux ministères fédéraux qui interagissent avec le secteur de la pêche commerciale. Leurs efforts combinés peuvent permettre d’accroître la connaissance et le respect des exigences de sécurité parmi tous les pêcheurs commerciaux. »

Le 25 mai 2020 peu après minuit (HAT), le bateau de pêche communément appelé Sarah Anne a quitté St. Lawrence, à Terre-Neuve-et-Labrador, avec à son bord quatre personnes pour pêcher le crabe des neiges dans la baie Placentia. Plus tard dans la soirée, à 19 h 45, heure locale, on a signalé le retard du bateau, et des ressources de recherche et de sauvetage ont été dépêchées. Il n’y avait aucun survivant, et le bateau n’a jamais été retrouvé.

L’enquête a permis de constater qu’il est probable que le bateau ait chaviré soudainement et que tous les membres d’équipage se soient retrouvés dans l’eau de manière inattendue avant même d’avoir eu l’occasion d’enfiler un gilet de sauvetage, un vêtement de flottaison individuel ou une combinaison d’immersion, de déployer le radeau de sauvetage ou de lancer un appel de détresse. En l’absence de pièces d’équipement de sauvetage essentielles, les membres d’équipage seraient restés dans l’eau froide, probablement sans assistance, et se seraient noyés. De plus, le Sarah Anne n’avait pas fait l’objet d’une évaluation de la stabilité en bonne et due forme, et aucun renseignement n’était disponible à ce sujet. Sans ces renseignements essentiels, l’équipage a pris des décisions opérationnelles sans connaître les limites d’exploitation sécuritaire réelles du bateau, ce qui pourrait avoir eu une incidence négative sur la stabilité du bateau et mené à son chavirement et à son naufrage. Aucun signal de détresse n’a été reçu du Sarah Anne et aucun système externe n’assurait le suivi du voyage. L’intervention de recherche et sauvetage a donc été retardée de plusieurs heures, ce qui a considérablement réduit les chances de survie des membres d’équipage.

L’enquête a fait ressortir un certain nombre de facteurs systémiques qui ont été cernés par l’enquête du BST menée entre 2009 et 2012 sur une question de sécurité relative à l’industrie de la pêche au Canada (M09Z0001). Ils comprennent les modifications apportées aux navires et leurs répercussions sur la stabilité; l’absence ou la non-utilisation de dispositifs de sauvetage comme les vêtements de flottaison individuels, les combinaisons d’immersion et les appareils de signalement d’urgence; et la surveillance réglementaire inadéquate.

La sécurité est une responsabilité partagée. Les organismes de réglementation, les propriétaires de navires et les pêcheurs doivent tous s’approprier la sécurité afin de réduire les accidents et les pertes de vie évitables. Les propriétaires de navires peuvent faire évaluer la stabilité de leurs navires et les munir de l’équipement de sauvetage adéquat pour survivre à un chavirement soudain. Les membres d’équipage à bord des navires de pêche peuvent augmenter considérablement leurs chances de survie en portant une radiobalise individuelle de repérage, pour signaler qu’ils ont besoin d’aide pour sortir de l’eau dès que possible et en portant un vêtement de flottaison individuel pour rester à flot jusqu’à l’arrivée des secours.

Veuillez consulter la page d'enquête pour obtenir de plus amples renseignements.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone : 819–994–8053
Courriel : medias@bst.gc.ca