A15H0002 : Collision avec le relief, Aéroport international Stanfield d'Halifax

Au cours d'un écrasement grave, mais offrant des chances de survie, les forces induites sont plus importantes que vous ne le pensez. Pour de plus amples renseignements sur cet accident, visitez la page d'enquête.

Vidéo ici
Transcription de la vidéo

Tout juste après minuit le 29 mars 2015, l'aéronef effectuant le vol 624 d'Air Canada s'approchait de l'aéroport international Stanfield de Halifax dans une tempête de neige. Lorsque le contrôleur aérien a signalé que la visibilité s'était améliorée à un demi-mille, les pilotes ont décidé de poursuivre l'approche et d'atterrir sur la piste 05.

L'un des paramètres critiques de l'altitude d'approche est ce qui s'appelle l'« altitude minimale de descente ». L'équipage a réglé le pilote automatique pour maintenir la trajectoire descendante de vol selon un angle constant et approprié, illustré en bleu, jusqu'à l'altitude minimale de descente. L'aéronef ne doit pas descendre sous cette altitude à moins que l'équipage ne dispose de références visuelles précises, comme les feux d'approche ou les feux de piste.

Toutefois, des variations des vents ont fait dévier la trajectoire réelle de l'aéronef, illustrée en jaune, de la trajectoire de vol choisie. Selon leur formation, les pilotes n'étaient pas tenus de surveiller la composante verticale de leur approche. Ils n'ont donc pas réalisé qu'ils ne se trouvaient plus là où ils le devaient.

Lorsque l'aéronef a atteint l'altitude minimale de descente, les pilotes pouvaient voir des feux d'approche, ce qu'ils ont interprété comme un critère suffisant pour poursuivre l'approche. Volant sous l'altitude minimale de descente, ils s'attendaient à ce que les feux deviennent plus visibles à mesure qu'ils approchaient de l'aéroport.

Ce n'est que dans les dernières secondes du vol que les pilotes ont désactivé le pilote automatique pour effectuer un atterrissage manuel. Presque immédiatement, ils se sont rendu compte qu'ils avaient volé trop bas trop tôt et qu'ils n'atteindraient pas la piste. Ils ont entrepris une remise des gaz, relevant le nez et augmentant la poussée, mais l'aéronef a heurté le relief, a rebondi deux fois, puis a glissé vers l'avant avant de s'immobiliser plus loin sur la piste.