A11H0002 (Resolute Bay)

Animation de l'approche du vol First air 6560 Resolute Bay (Nunavut) le 20 aout 2011

Le 20 août 2011, un Boeing 737-210C, exploité par First Air, effectuait un vol nolisé de Yellowknife (Territoires du Nord-Ouest) en direction de Resolute Bay (Nunavut) lorsqu'il a percuté une colline à environ 1 mille marin à l'est de la piste.

Pour de plus amples renseignements sur cet accident, visitez la page d'enquête.

Transcription de la vidéo

A11H0002 (Resolute Bay)

Le 20 août 2011, un avion de First Air effectue un vol nolisé de Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, en direction de Resolute Bay, au Nunavut. Ceci est une animation qui représente l'approche à l’atterrissage.

Vous pouvez voir à l’écran qu’il y a des nuages lorsque l’avion s’approche de l’aéroport et se prépare à s’aligner avec un faisceau, indiqué ici en violet, qu’on appelle l’alignement de piste.

Au moment où le pilote automatique a commencé à aligner l’avion avec la piste, l’avion a légèrement dépassé l’axe. Vers le même moment, le pilote automatique a, par inadvertance, changé de mode, ce qui l’a empêché d'apporter les corrections nécessaires. Ainsi, l’avion a poursuivi sa route plus ou moins en parallèle à la trajectoire de vol prévue.

Comme le vent soufflait du sud-ouest, l’avion a été poussé de sa trajectoire vers la droite.

Les instruments de l’avion affichaient un cap inexact en raison d’une erreur de compas d’environ 17 degrés. Cette situation a donné la fausse impression à l’équipage que l’avion allait probablement intercepter l’alignement de la piste.

Au cours des minutes suivantes, les pilotes étaient occupés par les préparatifs d’atterrissage et les communications avec la tour de contrôle. Le premier officier a dit au commandant de bord que l’avion ne suivait pas la trajectoire et que les préparatifs d’atterrissage étaient incomplets. Le premier officier a suggéré, à plusieurs reprises, une remise des gaz, afin de monter à une altitude sécuritaire pour déterminer le plan d’action. Toutefois, le commandant de bord n’était pas convaincu qu’une telle mesure était nécessaire.

C’est seulement lorsque l’avertisseur de proximité du sol a émis une alerte que l’équipage a pris une mesure corrective – mais il était trop tard.