Communiqué de presse

Le BST recommande de meilleures mesures de sécurité des passagers après son enquête sur le chavirement mortel du Leviathan II au large de l’île de Vancouver (Colombie-Britannique), en 2015

Vancouver (Colombie-Britannique), le 14 juin 2017 — Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) publie aujourd'hui trois recommandations pour améliorer la sécurité des navires à passagers. Cette démarche fait suite à son enquête (M15P0347) sur le chavirement mortel du navire à passagers Leviathan II à la baie Clayoquot (Colombie-Britannique), en octobre 2015.

« Transports Canada doit collaborer avec les exploitants de navires d'observation de baleines et d'autres navires à passagers pour s'assurer que l'expérience qu'ils proposent est non seulement excitante, mais aussi sécuritaire que possible, a dit Kathy Fox, présidente du BST. Lorsque des personnes tombent dans des eaux froides, chaque seconde compte. Les recommandations que nous faisons aujourd'hui visent la mise en place de mesures pour éviter les accidents avant tout, et pour accélérer les efforts de sauvetage en cas d'accident. »

Le 25 octobre 2015, le Leviathan II effectuait une excursion d'observation de baleines dans la zone des récifs Plover, près de Tofino, Colombie-Britannique, avec 27 personnes à son bord. Alors que le navire s'apprêtait à quitter l'endroit, une grosse vague déferlante s'est abattue sur la hanche tribord du navire. Le navire est tombé en travers et a rapidement chaviré. Les 24 passagers et 3 membres d'équipage ont été jetés dans les eaux froides sans dispositifs d'aide à la flottaison. L'opération de sauvetage qui a suivi a récupéré 21 survivants. Six passagers sont morts.

L'enquête a permis de déterminer que l'état de la mer dans le secteur en question favorisait la formation de vagues déferlantes. Toutefois, aucune telle vague n'avait été aperçue lorsque le navire s'est approché des récifs pour l'observation d'otaries. Quelques instants après que le capitaine eut aperçu la grosse vague qui approchait par la hanche tribord, il a tenté de virer le navire afin de réduire la force de l'impact. Or, la vague a frappé le navire avant que celui-ci réponde. L'équipage n'a pas eu le temps de transmettre un message de détresse avant le chavirement, et le navire n'avait aucun appareil pour transmettre automatiquement un appel de détresse. Ce n'est que par hasard que l'équipage a trouvé et lancé une fusée à parachute, qui a alerté des pêcheurs de la Première Nation Ahousaht. Arrivés en premier sur les lieux de l'accident, ils ont alerté les autorités de recherche et sauvetage et ont commencé à tirer des eaux les survivants.

La première recommandation du Bureau demande que Transports Canada (TC) oblige les exploitants de navires à passagers commerciaux sur la côte ouest de l'île de Vancouver à cibler les endroits et les conditions propices à la formation de vagues dangereuses, et à adopter des stratégies pratiques pour réduire les probabilités que des navires rencontrent de telles vagues (M17-01). Le Bureau recommande en outre que TC oblige les exploitants de navires à passagers partout au Canada à adopter des processus de gestion des risques explicites qui ciblent les dangers, et à mettre en œuvre des stratégies proactives pour réduire les risques associés à ces dangers. De plus, ces processus de gestion des risques doivent s'accompagner de lignes directrices exhaustives qui permettront aux exploitants des navires et aux inspecteurs de TC de mettre en place et de surveiller efficacement ces processus (M17-02).

La troisième recommandation que fait le BST vise à raccourcir le délai d'intervention en cas d'accident. En effet, 45 minutes se sont écoulées après le chavirement avant que les autorités de recherche et sauvetage soient informées de la situation. Le BST demande à TC d'exiger que tous les navires commerciaux de transport de passagers qui voyagent au-delà des eaux abritées soient munis d'une radiobalise de localisation des sinistres (RLS) ou d'autres dispositifs semblables. Ces balises sont conçues pour flotter librement en cas de naufrage et transmettre automatiquement un signal de détresse continu aux autorités de recherche et sauvetage (M17-03).

Voir la page d'enquête, le document d'information sur les faits établis par l'enquête et le document d'information sur les recommandations pour obtenir de plus amples renseignements.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca