Communiqué de presse

Liens connexes (A17Q0059)

Une planification inadéquate du vol a entraîné une collision avec des feux de piste à l’aéroport de Montréal/Saint-Hubert (Québec) en mai 2017

Dorval (Québec), le 3 juillet 2018 – Dans son rapport d'enquête (A17Q0059) publié aujourd'hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a déterminé que la collision d'un aéronef avec des feux de piste après son atterrissage à l'aéroport Montréal/Saint-Hubert (Québec) était attribuable à une planification inadéquate du vol.

Le 15 mai 2017, un aéronef Bombardier Global Express immatriculé aux États-Unis effectuait un vol de Teterboro, au New Jersey, à destination de l'aéroport de Montréal/Saint-Hubert, au Québec, avec trois membres d'équipage et un passager à bord. L'aéronef a été autorisé à atterrir sur la piste 06L de l'aéroport de Montréal/Saint-Hubert, dont la largeur a été réduite à 75 pieds et la longueur, à 5000 pieds en raison de travaux de réfection. Vers 10 h 55, heure locale, l'aéronef s'est posé en partie à l'extérieur des limites de la piste réduite en largeur. Il a heurté 7 feux de bord de piste installés de façon temporaire. Le pilote aux commandes a ramené l'aéronef vers l'axe de la piste réduite en largeur avant de s'immobiliser à 300 pieds de l'extrémité de la piste raccourcie. Personne n'a été blessé, mais l'avion a subi des dommages importants.

L'enquête a révélé que la planification du vol par l'équipage de conduite ne l'avait pas bien préparé à effectuer un atterrissage sûr. L'équipage de conduite croyait la piste était disponible sur toute sa largeur, malgré les avis aux aviateurs (NOTAM), les communications avec le contrôleur de la circulation aérienne et d'autres renseignements, qui faisaient état de la réduction des dimensions de la piste. Avant d'atterrir, l'équipage de conduite a mal interprété le marquage de piste; le pilote aux commandes pensait que la marque latérale de piste délimitant le bord gauche de la piste était l'axe de la piste. Par conséquent, l'aéronef s'est posé en partie à l'extérieur des limites de la piste disponible.

Lors de son exposé d'approche, l'équipage de conduite n'a pas pris connaissance des NOTAM en vigueur à l'aéroport comme l'exige l'exploitant de l'aéronef. S'il l'avait fait, l'équipage aurait été au courant de la largeur réduite de la piste avant l'atterrissage. Si les équipages de conduite effectuent des exposés d'approche incomplets, il y a un risque que de l'information cruciale à la sécurité d'un vol passe inaperçue.

À la suite de cet événement, l'exploitant de l'aéroport de Montréal/Saint-Hubert a ajouté sur son site web une fenêtre flash contenant un message qui présentait des renseignements sur les travaux de réfection en cours et qui précisait que les équipages de conduite doivent prendre connaissance des avis aux aviateurs en vigueur à l'aéroport. De plus, les équipages de conduite pouvaient télécharger un pictogramme montrant les travaux en cours.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca