Le BST dévoile ses priorités pour l’année à venir

Texte de Kathy Fox,
Présidente, Bureau de la sécurité des transports

Cet article a été initialement publié dans le numéro du 4 avril 2016 du journal The Hill Times..

Le système de transport du Canada joue un rôle vital dans notre économie : outre le déplacement des personnes, il assure celui des marchandises et des matières premières d’un marché à l’autre — par voie maritime, aérienne, ferroviaire ou pipelinière — et ce, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et d’un océan à l’autre.

Or, indifféremment de ce qui est transporté et de la destination, ces activités doivent se dérouler en toute sécurité. D’où l’intervention du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) qui, lorsque des accidents se produisent, enquête en profondeur pour déterminer ce qui s’est passé, puis creuse encore plus pour savoir pourquoi. Ce n’est que lorsque le secteur et les organismes de réglementation comprennent les causes et les facteurs contributifs d’un événement qu’ils peuvent prendre des mesures pour éviter qu’il se reproduise.

De plus, la loi habilitante du BST stipule notre indépendance. En effet, nous sommes indépendants des autres organismes et ministères du gouvernement, ce qui nous permet d’être objectifs et impartiaux, libres de toute influence politique réelle ou perçue. C’est également un élément clé qui inspire la confiance des Canadiens, qui financent ultimement nos activités.

Mais l’indépendance ne suffit pas. Nous devons aussi être crédibles. C’est pourquoi, depuis plus de 25 ans, nous avons travaillé fort pour établir et maintenir une norme d’excellence, pour garantir que les faits établis au cours de nos enquêtes sont étayés par des faits avérés, des arguments scientifiques solides et une analyse rigoureuse. Nos résultats sont éloquents : plus des trois quarts de nos recommandations ont reçu la cote « entièrement satisfaisante ».

Mais ce n’est pas tout. La promotion de la sécurité des transports impose aussi une vision tournée vers l’avenir. C’est pourquoi nous cherchons toujours à repérer les risques à l’avance, puis faisons pression pour que soient prises des mesures d’atténuation et de protection préventive. Pendant l’année, nous ciblerons certains enjeux clés, dont les suivants :

Nouvelle édition de la Liste de surveillance : cette liste, regroupant les enjeux de sécurité qui présentent les risques les plus graves pour le système de transport du Canada, a été publiée pour la première fois en 2010. Depuis, au fil des progrès réalisés, de l’émergence de nouveaux enjeux et de l’évolution de certains autres, cette liste a été mise à jour deux fois. L’automne prochain, nous en publierons une nouvelle édition.

Enquête sur les questions de sécurité (SII) portant sur les risques des activités de taxi aérien au Canada : au printemps dernier, le BST a commencé à étudier les raisons pour lesquelles les taxis aériens continuent d’enregistrer la majorité des accidents et des décès de tout le secteur de l’aviation commerciale au Canada. La première phase de cette étude est presque terminée et, dans les mois qui viennent, le BST va rencontrer des intervenants dans tout le pays pour en savoir plus sur le contexte de ces accidents et ce qui peut être fait pour atténuer certains des risques.

Étude de sécurité conjointe sur les enregistreurs vidéo et les enregistreurs de conversations à bord des locomotives : ce projet en cours est réalisé en collaboration avec Transports Canada et des intervenants clés du secteur ferroviaire canadien. Il comprend l’examen des questions soulevées par l’installation de ces enregistreurs à bord des locomotives et de leur possible utilisation comme source fiable d’information dans la gestion proactive de la sécurité et dans le cadre des enquêtes, et ce, sans répercussions punitives pour les employés. L’étude progresse bien, et un projet de rapport est attendu avant l’été 2016.

En outre, le BST ne perd pas de vue plusieurs autres enjeux de sécurité. Par exemple : les mesures prises par le gouvernement à la suite de nos recommandations sur l’utilisation d’ensembles de retenue d’enfant à bord des aéronefs commerciaux, sur la sécurité aux passages à niveau, sur le renforcement des wagons-citernes et sur la mise en œuvre accrue de systèmes de gestion de la sécurité dans tous les modes de transport (ainsi que l’amélioration de la surveillance exercée par le gouvernement). Sans oublier le processus souvent long de mise en application des nouveaux règlements.

Par ailleurs, le BST continue naturellement d’exercer son mandat en menant des enquêtes sur des accidents, dont il rend compte publiquement, afin que les personnes les mieux placées pour apporter des changements puissent le faire. Lorsque des mesures concrètes sont prises pour améliorer la sécurité, nous les signalons, mais si les mesures adoptées sont insuffisantes, nous le signalons aussi. C’est une formule aussi directe qu’efficace, au service de tous les Canadiens, et ce, pour un autre quart de siècle, et au-delà.