Un maillon important de la chaîne

Texte de Kathy Fox,
Présidente, Bureau de la sécurité des transports

Cet article est d'abord paru dans l'édition d'automne 2015 du Le Pilote canadien.

Le système de transport du Canada est vital pour l’économie du pays, et notre vaste réseau de voies navigables joue un rôle crucial dans l’acheminement des marchandises et des matières premières aux différents marchés. Les pilotes maritimes sont un maillon important de la chaîne. C’est notamment grâce à leurs connaissances et à leurs compétences que chaque voyage commence et se termine en toute sécurité.

Au Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST), nous visons, nous aussi, la sécurité. Depuis plus de 25 ans, nous enquêtons sur les accidents des modes de transport maritime, ferroviaire et aérien, ainsi que de transport par pipeline. Lorsque des accidents surviennent, nous enquêtons pour découvrir ce qui s’est passé, puis nous poussons plus loin notre enquête afin de comprendre pourquoi. En effet, ce n’est qu’en comprenant ses causes et ses facteurs contributifs que l’on peut prendre des mesures pour éviter qu’un événement ne survienne à nouveau.

Nous ne désignons pas de coupables, car jeter le blâme ne permet pas de prévenir des accidents. En outre, la loi qui nous régit stipule clairement que les déclarations des témoins sont confidentielles et ne peuvent être utilisées contre eux dans le cadre de procédures judiciaires, administratives ou disciplinaires. Les personnes en cause peuvent donc nous parler librement, sans crainte de blâme ni de représailles, ce qui permet de se concentrer sur le plus important : la sécurité.

Les enquêtes sont un travail collectif. Nous collaborons avec toutes les parties prenantes – premiers intervenants, équipages, exploitants, fabricants, représentants de l’industrie, organismes de réglementation – afin d’améliorer la sécurité d’un océan à l’autre. Une fois que nous avons appris tout ce qu’il nous est possible d’apprendre, nous veillons à en informer nos parties prenantes, ainsi que le public canadien et, s’il y a lieu, à formuler des recommandations afin que les personnes qui sont en position de le faire puissent agir.

Il arrive parfois que des gens s’interrogent tout de même sur nos méthodes de travail ou qu’ils soient simplement curieux de savoir comment nous sommes devenus l’un des chefs de file mondiaux des enquêtes sur les accidents. Pour répondre à toutes ces interrogations, nous sommes actifs sur les médias sociaux, notamment Twitter, Flickr et YouTube. Nous produisons également un blogue et nous avons un site Web dynamique regorgeant de communiqués, d’articles, de rapports d’enquête, de présentations et de coordonnées de personnes-ressources. On y trouve également un formulaire de signalement d’incident ou accident (1808). De plus, nous avons un programme de rapports confidentiels sur la sécurité, appelé SECURITAS, qui permet à quiconque de faire part de ses préoccupations à propos de la sécurité du système de transport par téléphone ou par courriel 24 heures sur 24.

Et comme toute bonne équipe à la passerelle, nous regardons toujours devant nous, à l’affût de méthodes de travail encore meilleures. À mesure que les choses (et la technologie!) évoluaient, nous nous sommes adaptés. Mais une chose n’a pas changé : notre engagement à mériter et à conserver la confiance du public. Les pilotes partagent sans doute ce sentiment. Parce qu’il n’y a pas une seule personne au pays dont la vie n’est pas touchée, d’une manière ou d’une autre, par le transport ou la sécurité des transports. Voilà qui rend notre travail – le vôtre comme le nôtre – encore plus important.