Bureau de la sécurité des transports du Canada: Un regard vers l'avenir (se tourne vers l'avenir)

Wendy A. Tadros
Présidente, Bureau de la sécurité des transports du Canada

(Cet article est paru en anglais dans l'édition du 8 février 2010 du Hill Times.)

Le téléphone sonne au beau milieu de la nuit. Un petit bateau de pêche, en détresse et en panne, prend l'eau au large de la côte de Terre-Neuve. Le personnel d'urgence est avisé et, pendant que les équipes de recherche et sauvetage se précipitent sur les lieux, les enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports du Canada se préparent à aller au travail. En quelques heures, les spécialistes du BST sont en route pour aller évaluer la situation, s'entretenir avec les témoins et examiner les éléments de preuve afin de répondre à trois questions : Que s'est-il passé? Pourquoi? Comment pouvons-nous éviter que cela ne se reproduise?

Au cours des 20 dernières années, le Bureau de la sécurité des transports a mené des enquêtes sur des milliers d'événements, et ce, toujours avec l'objectif de faire progresser la sécurité des transports en tirant des leçons de sécurité et en communiquant ces leçons de façon à en faire profiter la population canadienne. Aujourd'hui, alors que nous amorçons notre troisième décennie, nous revenons sur 20 ans de réussite — plusieurs de ces années ont joué un rôle-clé dans la modification des pratiques d'exploitation, de l'équipement et des lois qui soutiennent l'industrie des transports.

Dans le domaine maritime, par exemple, les enquêtes et recommandations du BST ont incité les organismes internationaux de réglementation à exiger des survêtements protecteurs pour tous les membres d'équipe sur les bâtiments commerciaux. À l'échelle nationale, les petits navires à passagers doivent maintenant être dotés d'un radeau de sauvetage à dégagement libre, les plus grands exploitants maritimes transportent, de plus en plus, des enregistreurs des données du voyage et tous les passagers doivent maintenant recevoir des renseignements de sécurité avant chaque voyage.

De plus, les pipelines sont maintenant plus sécuritaires. Une enquête du BST a favorisé la création d'un programme de gestion de l'intégrité visant à s'occuper des manquements du système de manière proactive. D'autres enquêtes ont mené à l'amélioration de l'espacement des pipelines et des systèmes d'arrêt d'urgence, ainsi qu'à d'importants changements au sein du code fédéral de l'électricité. Bon nombre de ces mesures ont depuis été adoptées par des entreprises et organismes de réglementation du monde entier.

Les voyages par train ont profité d'avantages semblables sur le plan de la sécurité. À la suite d'un déraillement provoqué par des roues défectueuses, une enquête du BST a fait en sorte que des mesures soient rapidement prises pour les retirer du service. D'autres enquêtes ont mené à de nouvelles normes de résistance à l'impact pour les enregistreurs de données et ont fait en sorte que les voyageurs reçoivent de meilleures indications en cas d'urgence, que des normes plus rigoureuses soient adoptées pour les rails servant à l'entretien, que des dossiers informatisés soient utilisés pour gérer les réparations des voies et que les marchandises dangereuses soient entreposées de façon plus sécuritaire à proximité de nos villes.

Ailleurs, la coopération entre nos enquêteurs, les organismes de réglementation internationaux en aviation et les fabricants a permis d'améliorer les techniques d'inspection des pièces d'aéronef faites de matériaux composites. Le BST a également joué un rôle dans la réduction des risques associés aux débris et matériaux isolants contaminés qui peuvent propager des incendies, dans l'interdiction faite aux pilotes d'atterrir par mauvaise visibilité et dans l'exigence que les avions atterrissent dès les premiers signes de fumée provenant d'une source inconnue.

Ces améliorations seraient impossibles sans travailleurs qualifiés et dévoués. Les experts du BST proviennent de divers milieux, comme les pilotes de ligne, les experts en rail et pipelines, les techniciens en informatique, les journalistes, les avocats, les ingénieurs, les pêcheurs et les membres des Forces canadiennes, parmi tant d'autres. En assemblant minutieusement les morceaux d'un avion de ligne détruit, en procédant à une simulation par ordinateur de l'intérieur du mécanisme de verrouillage d'une embarcation de sauvetage ou en avançant des arguments convaincants pour apporter des changements, ces hommes et ces femmes ont passé 20 ans à faire du BST un chef de file mondial en matière de sécurité des transports.

Toutefois, il faut également se tourner vers l'avenir pour assurer véritablement la sécurité. Cette année, en plus de la publication de rapports pour les quatre modes, nous publierons une étude proactive d'un an sur les problèmes qui tourmentent les petits bateaux de pêche. De plus, pendant que nous observons la situation dans son ensemble à la recherche de tendances et de problèmes omniprésents, nous informerons la population concernant les préoccupations qui constituent le risque le plus grave.

Pour ce qui est de l'avenir, le BST continuera de mener des enquêtes sur des accidents en s'efforçant de découvrir ce qui s'est produit et quelles en sont les raisons. Nous accomplissons tous les aspects de notre travail parce qu'un réseau de transport sûr — qu'il s'agisse de nos voies navigables, de nos pipelines, de nos chemins de fer ou de notre espace aérien — est essentiel à l'ensemble du pays.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipelines, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.